2. Wunderbar (Formidableuuuh !)

Toujours à Luxembourg, on profite de la journée chez Nadja pour bricoler un peu et fignoler le blog… On prend tellement notre temps que nous passons une seconde nuit sur place, et quelle nuit ! On n’a pas été déçus de rester. Nos hôtes nous proposent de rejoindre leurs potes en ville pour passer une petite soirée. « Faites pas attention! Les copains sortent du boulot, ils sont tous en DressCode », « Ok, nous on est en short et en tongs, on va pas se prendre une porte ? Non ? Bon Ok 🙂 « 

Alors quand on pense au Luxembourg on pense aux banques, à la finance, à l’Europe, … mais ça reste des choses pas vraiment palpables. Tout le monde est en costard et il y a des banques dans toutes les rues, mais ce n’est pas si choquant et nos clichés s’arrêtent là. Par contre si on avait su que les potes en questions bossaient tous dans la finance et que nous allions passer la soirée à papoter fonds d’investissement, placements défiscalisés, paradis fiscaux, etc. On se serait dit qu’ici les clichés ont la vie facile !

Et bien oui, ces gars-là participent (à 25 ans) à la gestion de portefeuilles de plusieurs milliards de dollars au Koweït, font du contrôle fiscal et autres babioles financières… On était un peu sur le cul, et ça nous a vachement ouvert les yeux sur ce milieu que l’on connaît en réalité très peu et qui est complètement diabolisé. C’était vraiment super intéressant et enrichissant de partager cette soirée avec eux. Et comme disait notre ami Hollande avant de faire lui aussi des cadeaux aux grosses entreprises : « Je suis l’ennemi de la finance ! ». Et bien tu es peut-être son ennemi mais c’est sûrement pas toi qui va changer grand chose au Schmilblick. Il faudra une révolution pour ça ! Même au Luxembourg on le dit.

On reprend la route le lendemain pour la frontière allemande avec comme objectif de dormir dans la ville de Echternach et de se faire une petite balade aux aurores dans ce qu’ils appellent la petite Suisse luxembourgeoise. Premier échec en ce qui concerne la nuit dans la ville… on est arrivés trop tard et on a tourné jusqu’à 1h du mat’ avant de trouver un endroit à peu près acceptable, on s’y prendra mieux la prochaine fois. Par contre la balade du lendemain était vraiment top, ça fait du bien de lâcher les vélos de temps en temps.

Nous prenons ensuite la direction de Neustadt an der Weinstrasse (littérallement La Nouvelle Ville sur la Route des Vins : on va boire du bon pinaaaard !!!) pour rejoindre deux allemandes, Kim & Mila, que j’avais rencontrées par hasard dans un train trois semaines plus tôt. Elles nous ont invités chez elles pour l’anniversaire de leur père et on passera finalement tout le WE ensemble. Là je peux vous dire que ce fut notre première grosse claque en terme d’invitation spontanée… le genre de rencontre où les liens se font tellement vite et tellement naturellement qu’en à peine deux jours on est à deux doigts de chialer au moment de repartir. On se promet de se revoir plus tard, on se fait de gros câlins (la bise allemande) et on se dit que si chaque rencontre est aussi forte, il va falloir s’attendre à être mélancolique un paquet de fois… Ben & Tom me disaient qu’à la fin de leur voyage, ils en avaient marre de dire sans arrêt Adieu à leurs hôtes d’un soir… je commence à comprendre.

On a donc partagé ensemble les mille bonnes choses à boire et à manger qu’il y avait à l’anniversaire de leur père, Martin. On avait nous-mêmes apporté du vin et de la compote faite sur un feu deux heures plus tôt avec des fruits fraîchement glanés. Ils ont du très bon vin là-bas, c’est génial. La bière est excellente évidemment, et quand vient l’heure d’arroser tout ça de schnaps… Mmmh, la soirée bat son plein, tout le monde sort des instruments de musique : tambours, trompette, Martin joue même du tuba… c’est juste extra.

Le lendemain nous ferons une balade dans les vignes alentours pour visiter et profiter de ce bon moment en « famille », et on reprendra la route en fin d’après-midi avec Mila sous une pluie torrentielle en direction de la maison où elles vivent la semaine, nous rapprochant par la même occasion de notre Défi n°1 du lendemain : traverser le Rhin sans passer par un pont !

  • Petit aparté : Lors de la balade, je vois au loin une centrale nucléaire qui ne semble pas fonctionner. Je leur demande pourquoi et on me répond qu’ils ont manifesté longtemps pour la faire fermer et que le gouvernement a fini par lancer son démantèlement. Maintenant il y a des éoliennes devant. Je me doute que ce n’est pas aussi simple, et effectivement la réponse viendra le lendemain en traversant le Rhin en ferry : devant nous se trouve la plus grosse centrale à charbon du Rhin. Un truc énorme. Ça marche comme ça ici, pour sortir du nucléaire on plante des éoliennes, on achète l’électricité des réacteurs français et on adapte le reste de la demande avec du bon vieux charbon. Je ne sais pas trop quoi en penser. Et si on commençait par juste consommer… moins 😉

Bref, les adieux sont faits, on espère tous sincèrement qu’on pourra se revoir, on choppe le ferry et on continue notre route en direction de Aalen où nous attendent David & Steffie, deux amis de JP (d’ailleurs sans cette histoire de ferry on serait passés à côté de beaucoup de bonnes choses, alors n’hésitez pas à alimenter la rubrique 😉 ).

Sur la route on passe par Heidelberg, une chouette petite ville bien moyenâgeuse, on remonte le fleuve Neckar, on refuse une invitation spontanée pour ne pas arriver en retard à Aalen (Rhhaaaaa !!! On est en vacances et on n’arrive même pas à se libérer de nos propres plannings… Bullshit ! Va falloir remédier à tout ça) et on finit par s’écrouler dans une cabane à barbec, à la belle’ et tout enrubannés dans nos couv’ de survie (il fait moins de 5°C la nuit et c’est hyper humide)… Ca passe tout seul on dort comme des loirs 🙂

Dans la vieille ville de Heidelberg on participe au folklor en lavant nos patates, carottes, noix et autres panais glanés en route.

Dans la vieille ville de Heidelberg on participe au folklore en lavant nos patates, carottes, noix et autres panais glanés en route.

Le lendemain c’est n’importe quoi. A la pause de midi, en pleine dégustation de produits locaux (une sorte de cervelas en boîte de conserve, attention ici aussi les clichés ont la belle vie) on assiste tout penauds à la crevaison en direct de mon pneu arrière. Sans aucune raison, comme ça. Je n’étais même pas dessus, il s’est entièrement dégonflé en 10 secondes. On n’a rien compris. Je répare la fuite et la cause de la fuite, commence à regonfler… PAFFF ! C’est ma vieille colle pour rustine qui lâche. Rebelote avec du meilleur matos, re-PAFFF ! Cette fois-ci ma chambre à air est éventrée sur 3cm. Wouhou ! Je finis par changer de chambre et on reprend la route en ayant perdu 2 bonnes heures.

Deux heures, c’est rien quand on est en vacances, hein ? 😉 Sauf qu’on les passera à rouler de nuit pour terminer l’étape jusqu’à Aalen du coup. J’ai l’air défaitiste mais en fait c’était très drôle. On a bourriné comme des affamés, en se relayant à la première place et en se passant des petits morceaux de sucre pour tenir… et on a fini enfin par arriver sur les coups de 22h. Là, on a dégainé les deux potirons-surprises glanés le matin même sur le bord de la route, et on a rejoint fièrement David & Steffie qui nous attendaient avec un repas de folie. Ho là là… c’était terrrrible. Le plaisir des bonnes choses, pfff… on se refait pas 😉

La Große Würst Allemande... un mythe devenu réalité !

La Große Wurst Allemande… un mythe devenu réalité !

Allez, à plus pour de nouvelles aventures !

Clem

J8 à J14 sur la carte…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

4 réflexions sur “2. Wunderbar (Formidableuuuh !)

  1. Hey my rabbit!! Super content de vous lire et de vous imaginer en direction de mon paradis : L’Oktober Fest!! Bois autant de bière que ce qu’on a pu boire l’an dernier au soggy!! 😉 (Ca pourrait être une sorte de défi…)
    Je pense bien fort a vous mais un peu plus à mon lapin.
    Bisous Bisous

    PS : J’ai cru apercevoir une paire de fesse! Heureux que ma passion du naturisme sauvage t’ai contaminée 😉

    J'aime

  2. Quelle joie de lire ces recits, si bien ecrits que l’on si croirait…avec de très belles photos en prime (j’adore la Suisse luxembougeoise). Bravo les gars et bonne route ! Bisous frérot !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s