10. Et la Macédoine, sa compagne (part 2)

Alex, notre hôte WarmShower, vient de rentrer du boulot, il est crevé mais ravi de voir que nous avons cuisiné pour lui. Il me lance en souriant :
«Alors les gars, vous avez pu visiter Scopje
«Ouais ! Merci pour les infos, on a pu faire tout ce que tu nous as dit : le vieux bazar (avec des loukoums de folie), la grande église orthodoxe, les gorges et les statues… Bien sûr.»
«Haha ! Les statues… Cest pas un truc de fou alors ?»
«C’est dément… Il faut vraiment que tu nous expliques ce bordel, là… »
«Pff C’est le gouvernement. Personne ne comprend. Les habitants ne reconnaissent plus leur ville, personne ne cautionne ces conneries mais il n’y a rien à faire… Les politiques sont pourris ici… »

«Mais d’où vient l’argent ? Car ça doit bien chiffrer à des centaines de millions ! Il y a des statues absolument de partout, et certaines d’entre elles sont colossales !»
«Haha, tu es passé devant celle d’Alexandre le grand ? Celle-là c‘est le summum. Et encore, tu n’as pas vu le show qui tourne en boucle l’été, avec les fontaines, la musique et tout… Tu verrais le délire, y’a des lumières de partout, des jets d’eau dans tous les sens, ça claque, ça pète ! C’est juste n’importe quoi. La musique passe de Beethoven à de la chanson traditionnelle macédonienne, tu entendrais ça… » Sur ces mots, on éclate tous de rire. Imaginez Alexandre le grand glorifié sur du raï des champs C’est terrible !

«Et l’argent, c’est bien ça le problème… Ici les gens n’ont rien, on galère tous pour des jobs de misère sans aucune sécurité de l’emploi, pendant que le gouvernement réinvente l’histoire de la Macédoine à grands coups de statues monumentales… C’est du fake ! Ils commandent de fausses vieilles statues à l’honneur du pays. Mais compare la taille de l’empire d’Alexandre le Grand à celle de la Macédoine… ! C’est ridicule ! Ils veulent recréer une identité nationale, ils veulent nous enfermer dans notre tout petit pays plutôt que de nous ouvrir à l’Europe et à l’Albanie.»
«Et le tourisme ? Tu sais, quand la tour Eiffel a été construite, elle était considérée comme une verrue par les Parisiens, et ils ne l’auraient jamais laissée construire s’il n’avait pas été prévu de la démonter après l’expo universelle… Regarde aujourd’hui, c’est l’emblème du pays !»
«Je sais, je sais, … C’est peut-être une bonne chose pour l’avenir mais aujourd’hui on ne regarde pas cela sous cet œil. Les gens sont vraiment furax, mais on ne peut rien faire sans risquer une guerre… Ils construisent The Wall, et on attend que viennent les vers… »

«Et cette histoire de Grande Albanie ? Parce qu’on a rencontré plein d’Albanais ici, et il y a des mosquées de partout… »
«La Grande Albanie, c’est le territoire que revendiquent les Albanais. Mais attends, laisse-moi te montrer une carte.»

La grande Albanie

«L’Albanie est un pays qui a été beaucoup persécuté ces 100 dernières années…Elle a d’abord été envahie par l’Italie fasciste.  Puis elle s’est fait prendre pas mal de territoire, tantôt par les Serbes, tantôt par les Grecs… Et c’est encore tout frais, les frontières politiques ont changé mais les frontières culturelles restent les mêmes.»
«Un jour on a rencontré un gars qui nous a certifié que la ville de Ioannina, en Grèce, était albanaise… Alors qu’elle est à plus de 100 bornes de la frontière !»
«C’est exactement ça, certains Albanais pensent Grande Albanie et en oublient complètement les frontières politiques. Ici, à Scopje, seulement 50% de la population est macédonienne. Et la partie ouest du pays est carrément peuplée à 90% par les Albanais. Si tu vas là-bas, ils te diront sûrement que tu es en Albanie… »
«Tout comme les Kosovars qui se disent Albanais aussi…     -Je vois. Et je comprends mieux cette histoire de statues maintenant : le gouvernement renforce les frontières culturelles !»
« C’est exactement ça… Et à quel prix ! »
«Au Kosovo, on s’est fait héberger par une communauté Bosniaque qui vit dans les montagnes. Ils occupent une dizaine de villages dans une vallée, et pour eux le Kosovo est serbe… »
«Haha ! Ça doit vous faire bizarre ce genre de conneries, il n’y a pas tous ces problèmes chez vous ! Les wurst en Allemagne, la fondue en Suisse et la blanquette en France ! La Bosnie est l’alliée de la Serbie, qui elle-même dominait le Kosovo depuis la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à leur guerre d’indépendance, il y a 15 ans. Les Serbes revendiquent encore le Kosovo aujourd’hui, et haïssent profondément les Albanais.» …Et vice-versa me fait-il comprendre  d’un geste de la main.
«Mais attends, je vais te montrer d’autres cartes pour que tu voies un peu le bordel que c’est. Les Albanais ne sont pas les seuls à avoir une Grande Albanie, tous les pays ont une carte d’expansion idéale, même nous !»

« Vieille Macedoine »

La Grande Serbie

«Tu comprends maintenant ?»
«Comprendre, comprendre, … Moi ce que je comprends c‘est que ça ne sent pas très bon tout ça… Ces histoires de revendication, de politiciens pourris, de mixité culturelle non assumée… Vous n’êtes pas sortis de l’auberge mes amis !»
«Je sais, je sais… Tout le monde le sait. Mais ça c‘est un sujet aussi tabou qu’éternel dans les Balkans.»
On continue à papoter une bonne partie de la soirée, échangeant nos points de vue et nos expériences. Ces pays sont vraiment passionnants. Si proches de nous et pourtant si loin, si différents… En France, on se soucie peu de leur histoire car ce ne sont que des petits pays. Pourtant ils méritent qu’on se donne la peine de les découvrir. Et tous ces gens  extraordinaires…

En quittant la maison d’Alex sur ma belle bicyclette, je ne peux m’empêcher d’être ému à l’idée qu’il rêve profondément de faire la même chose… Je me dis aussi que le moral du voyageur est bien vulnérable face à tout cela. Nous ne pouvons rien faire pour les aider, si ce n’est de parler avec eux… et le raconter à d’autres. Mais ça ne restera jamais que des mots. Merci Alex. Merci pour cette nouvelle brique dans le Mur.

La Macédoine est encore une fois un pays magnifique, où tout porte à la contemplation et à la réflexion. Mais doucement… Chaque chose en son temps. Après avoir bien réfléchi en parcourant la politique du pays, contemplons maintenant. La suite en image.

L’école de la démerde.
Une voiture déglinguée, coupée en deux… Un bon moteur et quelques courroies bien placées : voilà une scierie mobile !

Bivouac en Terre Sainte
Ce qui est bien avec les monastères orthodoxes, c’est que tout le monde y est le bienvenu. Les moines ne refusent jamais d’accueillir quelqu’un, car c’est pour le voyageur une chance de rencontrer enfin le Christ, et d’ouvrir les yeux sur la vraie religion. La seule. C’est une sorte de croisade pacifique en somme. Enfin, c’est ce que nous radotent les nonnes… pendant que je lorgne sur les loukoums.
On est même invités à la messe du matin, à 6h. Une messe extraordinaire, car aujourd’hui c‘est la Saint Georges, le saint patron du monastère.
Effectivement… je suis bluffé. Assis sur mon petit banc, c’est la première fois que je vois Dario s’endormir… sans ronfler ! Un vrai miracle. Il faut dire que la nuit a été courte et peu banale. Ne pouvant être accueilli dans le monastère à proprement dit, car exclusivement réservé aux femmes, nous avons dormi dans la maison des gardiens. Deux hommes qui s’engueulent comme du poisson pourri à longueur de journée, au grand désespoir des nonnes dont la tranquillité est troublée par des cris de cochons.
Tiens, et à propos de bidoche, on a dormi à côté d’une cinquantaine de kilos de viande qui égouttait entre deux lits (dois-je préciser que les gardiens sont Albanais ?).

Slave, le Philosophe
Faire du tourisme avec des vélos n’est pas toujours simple, surtout quand on visite une ville médiévale posée sur une colline. Vous savez avec des routes pavées, bien raides, qui montent tout droit sans faire un virage… ? Quand Slave se présente à nous, nous venons à peine d’achever l’une de ces montées. En nage, on se fait une petite pose loukoum. Slave, philosophe de grand chemin, nous fait une petite introduction sur la ville dans un français rigolo. Il nous propose d’en dire plus et de nous faire une petite visite guidée en échange de la rémunération de notre choix… Slave ajoute qu’il vit de ça, qu’il raconte ses interprétations personnelles de l’histoire grâce à ses connaissances philosophiques, et qu’il a lui aussi fait un tour du monde à vélo. Ah! Pourquoi n’a-t-il pas commencé par là ? Un petit déj et un café plus tard, nous voilà partis à l’assaut de la vieille ville et de ses secrets les mieux gardés…

Ohrid est une charmante petite cité qui domine le grand lac qui porte son nom. Berceau de civilisations méditerranéennes, on y retrouve les traces des hommes préhistoriques, des Grecs, des Illyriens, des Romains, … Tout un tas de ruines aussi antiques qu’authentiques sont en train d’être découvertes sous la colline. D’après Slave, il s’agit de temples initialement dédiés aux divinités de la pêche et des eaux nourricières car ce lac n’est autre que la plus grande réserve d’eau douce du continent européen. Ses histoires, bien qu’un peu farfelues, sont super intéressantes. On sympathise et il propose de nous emmener, à travers un site de fouille, vers ce qui est peut-être le plus bel endroit du monde.

Une fois sur place, Slave s’éclipse pour aborder d’autres touristes, pendant que nous retournons gentiment en direction de nos vélos en s’interrogeant sur cet étrange personnage.
«Il a dit qu’il était passé par quels pays pendant son tour du monde déjà ?»
«Je ne sais pas, il est resté vachement flou là-dessus » Me répond Dario.
«Peut-être qu’il ne l’a pas encore fait, mais qu’il en a très envie.»
« avec nos vélos !» Ajoute Dario comme pour terminer ma phrase.
Vite. On se dépêche de retrouver notre chemin parmi les ruines! Fort heureusement, nos bicyclettes sont toujours là… Ouf.
Allez! on se paie un petit loukoum avant de se remettre en selle. Le loukoum… Ce petit cube de miel et de noix à la texture du nougat, roulé dans du sucre glace. Mmmh ! Moi, je n’ai pas encore trouvé quel dieu vénérer, mais je Croix que j’ai déjà goûté sa chair !

Zéphyr, le cultivé.
Il y a plein de petits vieux qui jouent aux échecs en Albanie. Calés dans un parc, ils se retrouvent par dizaines pour jouer, taper les cartes ou se faire des tournois de dominos.
Mais quelle riche idée que de profiter de sa retraite pour s’enrichir de la sorte ! Quelle saine activité pour l’esprit, pensions-nous.

Ahh! Naïfs que nous sommes… Une fois de plus, nous raisonnons en bons Occidentaux, et n’avons rien compris à ce qui se trame réellement. Zéphyr, l’un des plus jeunes du lot, nous apporte quelques explications. Le mot retraite n’existe pas ici, encore moins associé au verbe profiter ! S’ils jouent, c‘est pour tuer le temps, tout en s’entretenant les neurones pour rester vifs d’esprit et… et ? Et retrouver un boulot pardi ! Comme son père, Helios qui, à 73 ans, est toujours économiste dans une firme de la ville !
Le petit veinard… Haha !
Blague à part, Zéphyr nous invite à dormir chez lui. C’est un type formidable qui, malgré qu’il ne soit jamais allé à l’école, parle Grec, Italien et Anglais. Il a une culture littéraire et historique à couper le souffle et nous aurons des discussions très profondes sur la culture et la religion.
D’ailleurs chez lui, comme dans la plupart des maisons d’Albanie, il y a un petit tableau de Jésus. Pourtant je vous ai bien dit qu’ils étaient Musulmans…
Oui mais voilà, pour eux, c‘est égal. Quels que soient son nom et le dogme pratiqué, Dieu est là. Et c’est le même pour tous. Ce n’est pas pour rien que le Pape les a gratifiés de peuple le plus tolérant, religieusement parlant.
Ils en sont fiers et ont bien raison !
Alors on s’incline, une fois de plus, devant nos Dieux albanais.

La porte oubliée du royaume des Illyriens
À ce moment-là de la partie, on s’apprête à traverser un nouveau massif montagneux pour rejoindre la côte albanaise (Je vous avais bien dit qu’on voulait y retourner… Héhé). La seule info que nous ayons sur cette route  vient de la bouche de Zéphyr (qui vit à 20 bornes d’ici) : «Ah bon ? Il y a une route là-bas ?»

Mais… Ne vous fiez pas à son avis plein de réserve. Ni à cette sinistre cheminée qui pourrait détourner votre attention. Ou encore à ce petit chat qui appelle à l’aide dans les décombres, le bassin fracturé… Non ce n’est pas cela qu’il faut regarder.
Planté devant le panneau qui indique que la route est barrée, je regarde Dario. On hausse les épaules, et ajoutons d’une même voix :
«On y va !»

Clem

J66 à J70 sur la carte…

Ps: Pour de la vraie littérature, les aventures de Dario sont là…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

2 réflexions sur “10. Et la Macédoine, sa compagne (part 2)

  1. Salut mon poulet ! J’espère que tu gardes la pêche et qu’il fait beau en Grèce.
    Ça fait bien envie tes histoires albanaises et macédoniennes, j’ai hâte de voir ça de mes propres yeux. Wilm est à l’appart ces jours-ci, il est arrivé hier soir et repart demain matin, c’est marrant. En tout cas, il a bien la foi car il commence à neiger.
    J’ai fait tailler ma barbe ce matin, je t’enverrai une photo pour que tu voies ça. Allez, bon courage pour ton hiver grec !
    La bonne bise

    J'aime

  2. Bonjour Clément
    Voilà plus de trois mois que tu es parti dans cette super aventure. Que de belles rencontres ! et de situations étonnantes ! Je suppose que tu es encore en Grèce; Alain nous avait dit qu’il te rejoignait
    à Athènes pour Noël. Bon courage pour la suite de ton périple que nous pouvons suivre grâce à ton blog . Gaby et Ginette de cluses

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s