19. De la complétude.

Il est 16h30 à Antalya. Clément vient à peine de descendre de son nuage en équilibre entre deux montagnes. L’émotion de la séparation un soupçon digérée, le trinôme de choc (David, Clément et moi) enfourche les bécanes et s’enfile ses 80km, de nuit (sinon ce n’est pas drôle) afin de sortir de la bourgade de deux millions d’habitants. Clément pleure son festival, moi Estelle et JP ; grosse ambiance.

Retrouvailles éclaire !

Retrouvailles éclaire !

Fort heureusement, la pertinence de l’humour suisse associée à l’excitation des retrouvailles dégage la chaleur nécessaire à l’évaporation instantanée de la morosité tentant, goutte après goutte, de tomber du ciel. Quelques nuits et virages plus tard, nous voilà plongés dans une belle et longue ascension nous menant aux couches d’or blanc les plus fraîches. Depuis ce matin, le ciel est Clément (en plus infini). Petit à petit, la luminosité baisse. Notre énergie plonge avec le soleil. Mais les batteries se rechargent vite en entrant dans le crépuscule montagnard dont l’atmosphère sereine et silencieuse nous guide au fin fond de la quiétude hivernale. C’est l’heure parfaite de la solitude.

Le poète voyageur nous dit: « Rien ne vaut la solitude, il me manque simplement quelqu’un à qui l’expliquer ». Moi, je ne suis pas seul. Et c’est bien là mon propos. Car le décor seul ne compte pas. Nous sommes deux (ou trois, il est encore là lui !?) et il reste quelque chose à inventer, à fabriquer, à penser. Il se tient à mes côtés, en flâneur solitaire des terres inconnues ; moi en métronome intangible battant la mesure devant l’immensité à parcourir. Nous ne pourrons pas aller au bout du chemin en le consommant entièrement (consommer ? Quelle drôle d’idée). Il nous faut faire, chacun, le deuil de la complétude. Dans ces deux rapports, celui du temps et de l’espace. Tout est question de compromis (encore un rôle pour le Suisse) et de choix.

Car si nous n’avions pas attendu la nuit pour poser le pied à terre, aurions-nous pu dormir chez l’imam du village ? Si nous avions fait une pause un peu plus tôt, cet homme aurait-il pu, en pleine ascension, ralentir et nous tendre quelques fraises nous donnant, dans son élan de générosité, assez de force pour atteindre le sommet ? Inversement, si nous prenons tout le temps dont nous disposons (je ne vous le dis pas, c’est indécent), peut-être verrons-nous la frontière entre l’Arménie et la Turquie s’ouvrir par le sourire pacifiste de nos guidons. Et si on ne s’était pas trompés de route ce soir là, peut-être aurions- nous évité cette averse. Celle qui a poussé Habib le berger à nous accueillir dans sa cabane. Peut-être. On ne sait pas et on ne saura pas. Comment choisir entre la route principale fréquentée nous menant directement à notre destination et la petite route qui, au travers d’un léger détour, nous éloignera du bruit et de la vitesse ? (mauvais exemple, toujours prendre la seconde!).

Le plaisir et l’envie devraient être actionnaires principaux (quelle vulgarité !) de ces décisions. Mais les saisons, le temps imparti et les absurdités administratives savent donner aux voyageurs le peu de contraintes nécessaires à l’expression complète de leur liberté.

Car partout  il y a des expériences à vivre. Il faut parfois savoir avancer pour les croiser en chemin.

La vie semble difficile, n’est-ce pas ?

Flo

J166 à 174 sur la carte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

2 réflexions sur “19. De la complétude.

  1. Heureux de voir que vous vous êtes retrouvés 🙂 Le langage n’est décidément pas le même. Je trouve drôle d’essayer de comprendre qui écrit avant de ne lire la signature.
    Bon voyage!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s