Défi n°20 (Flo & Clem)

  • Défi n°20 (Flo & Clem) : Représentez par une photo votre état d’esprit lors de ces longues traversées à travers la chaleur et le sable. Vous pouvez vous mettre en scène ou bien trouver une configuration adéquate d’objets représentant le mieux vos pensées (les moins rationnelles) dans ces durs moments. Défi réussi !

DSC05327

Voilà le genre de délire que la chaleur peut nous pousser à faire… D’autant plus que cette photo a été prise AVANT que le défi en question nous soit posé, donc effectuée sous la seule contrainte de notre inconscient devenu fou par l’isolement dans ce désert de sel, par le rationnement d’eau et par la chaleur écrasante du soleil iranien en cette fin de printemps.
Une mise en scène effectuée après la réception du défi restait tout à fait faisable, mais nous n’étions déjà plus dans une zone désertique à ce moment-là, donc ce n’aurait été que le fade reflet de nos pensées mises sur le papier via une photographie moins spontanée.
Je choisis donc de ressortir ce vieux cliché que je ne comptais pas vraiment diffuser mais… Hum… après tout un défi lancé par toi, Maxime, ne pouvait être accompli totalement habillé.

Pour les circonstances atténuantes maintenant, revenons sur le lieu de cette photo. Nous étions, Florent et moi, engagés sur une longue piste de terre et de sable longeant un immense lac de sel, au milieu de l’Iran. Le soleil tapait très fort depuis les premières heures de la journée, et nous ne savions trop estimer la distance jusqu’au prochain point de ravitaillement en eau… Quelques heures ou bien seulement le lendemain, difficile à dire. Après une demi-journée de vélo sans lever le pied, nous avons enfin atteint les rives que l’on ne distinguait jusqu’alors que de loin. Nous avons décidé de nous lancer sur le lac avec les vélos pour profiter de cet instant unique, lac asséché je le précise pour tous ceux qui espèrent le retour d’un messie cycliste, quand d’épais nuages sortirent de nulle part et s’engouffrèrent entre les montagnes alentours.
C’est alors que pris de frénésie, je courus nu en direction des eaux retenues au loin par des forces mystérieuses ou je ne sais quel mirage, afin de les faire retomber dans le lac et lui redonner sa plénitude d’antan. Des eaux suspendues de la sorte au-dessus du sol, comme lors de la traversée de la mer Rouge  par Moïse et son peuple… Quelle surprenante vision !
Le soleil m’aurait-il chauffé le crâne un peu trop fort ce matin ? Et ces nuages, qui arrivent de nulle et repartent tout aussi soudainement… sans que la température ne change ?
Quoi que ce fût, mon blasphème connut une réponse rapide et brutale des cieux qui déversèrent quelques minutes plus tard leur colère sous forme d’éclairs majestueux et d’une trombe d’eau rafraîchissante.
Appréciant l’instant, Flo me fit sortir de ma torpeur en me glissant que l’idée de rester enlisés dans les eaux montantes d’un lac de sel entouré de montagne… n’était peut-être pas une expérience des plus agréables.
J’en convins assez facilement, nous nous empressâmes donc de rejoindre la piste bordant les lieux afin de ne pas terminer en morue salée.
Chance du voyageur ou destinée heureuse, un village se cachait derrière des plantations de grenadiers et de figuiers à quelques centaines de mètres, tout au plus un kilomètre. Un endroit parfait pour se reposer et s’abriter sous le toit d’une mosquée…

Clem

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s