62. La grande guerre des émeus.

Juste avant de quitter l’Australie, j’aimerais vous faire part d’une dernière petite histoire. J’ai découvert récemment un ouvrage intitulé La grande guerre des émeus, qui retrace avec force détails et anecdotes croustillantes la folle guerre qui opposa quelque 20 000 émeus affamés à l’armée australienne dans les années 30. La sécheresse poussant les émeus dans un flux migratoire habituel pour eux, ils se trouvèrent face aux tout récents champs de blé des colons et à leurs barrières anti-lapins. Ils ravagèrent les cultures à un point tel que l’armée dut intervenir à la mitrailleuse pour régler le problème. Mais les volatiles se révélèrent bien plus malins que prévu…

L’auteur raconte cet étrange événement sous la forme d’une petite nouvelle qui ne reflète que trop bien les difficultés qu’ont eues les colons – et que connaissent encore aujourd’hui les Australiens – à s’adapter à l’environnement plus que particulier de l’Outback. Il énumère au passage de nombreuses autres tentatives d’introductions ratées, de fiascos environnementaux et autres boulettes dévastatrices de l’écosystème qui ont eu lieu au début du siècle dernier (figuier de barbarie, cochenille, dromadaire et autres exemples cocasses… ) ainsi que le fait qu’à cette époque les hommes étaient déjà bien conscients des effets pervers de leurs tours d’apprentis sorciers…

Si vous souhaitez creuser le sujet, je vous recommande ce petit bouquin. Je ne vais tout de même pas vous le résumer ici ! Il est très court, libre de droit en pdf et même disponible en version audio (lue par l’auteur en personne). On y trouve aussi un tas de petites descriptions de l’incroyable faune locale et une bonne mise en situation des Aborigènes dans leur mode de vie.

Ce bouquin, qui devrait vous plaire, est dispo en livre audio par ici. Et en pdf par .

C’est aussi pour moi l’occasion de vous faire partager ce qui berce la plupart de mes journées : les livres audio. En pédalant, en marchant, en cueillant des myrtilles, en faisant la vaisselle ou en patientant dans les bouchons… le livre audio est un super moyen de bouquiner tout en faisant autre chose. Ces 4 dernières années, j’ai eu le plaisir de découvrir grâce à eux et à des bénévoles, prêteurs de voix merveilleuses, la plupart des livres de Victor Hugo, un bon nombre de Zola et de Jules Verne, les enquêtes de Sherlock Holmes, les histoires extraordinaires de Poe ou de Lovecraft, les aventures de Bougainville et une tripotée de grands classiques de la littérature française que je n’aurais jamais abordés autrement.

Pour revenir à un sujet un peu moins drôle, pour ceux qui se diraient que la Grande guerre des émeus est de l’histoire ancienne et que les Australiens ont forcément fait d’énormes progrès depuis en la matière (faut pas déconner : des mitrailleuses pour descendre des gros piafs !), je vous laisse regarder cette petite vidéo.
Car si 20 000 émeus ont été violemment pris pour cible dans les années 30, un nombre identique de requins est tombé dans les pièges mortels des garde-côtes ces dernières années pour assurer aux surfeurs de belles vagues écumeuses sans ailerons et aux touristes de jolies plages de cartes postales. De toute façon, on ne se baigne pas car il reste toujours les crocodiles et autres méduses mortelles. Mais vous savez comment c’est ! Vendre son pays comme une destination touristique exemplaire quand les bouées-canards cachent une meute de requins aux dents pointues (et changeables !) , c’est plutôt casseur d’ambiance. Mieux vaut une discrète extermination, n’est-ce pas ?
Clem

Une réflexion sur “62. La grande guerre des émeus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s